De la Prépa à la Fac.

Publié le par Taff

J'aurais pu nommer cet article "L'hypokhâgneux devient Khrâsseux" mais l'on m'aurait traité de pédant, d'hautain et tout ça et je n'ai pas envie de vous laisser un tel souvenir ! Ah, miséricorde, les méfaits du conformisme bien pensant.
Bref, comme vous avez pu le lire, si vous suivez ce blog avec assiduité, je n'ai pas été pris en Khâgne et donc, mi Septembre, j'ai atteri dans ce mystérieux monde qu'est l'Université. Les lois de la nature changent, et les habitants aussi, et comme un bon ptit Monsieur Mersault des familles, je ne m'adapte pas facilement, je ne suis qu'un Etranger n'ayant pas les même moeurs. L'emploi du temps est un vrai gruyère comparé à celui de l'année précédente, les élèves ne sont pas spécialement motivés, on a l'impression qu'ils se retrouvent là plus par défaut que par envie, et n'ont pas l'air fasciné par ce qu'ils étudient comme c'était le cas en Hypokhâgne. On retrouve plus une ambience "lycée" en somme. Une ambiance que je méprisais plus que tout, je dois l'avouer. J'assiste à une véritable régression au niveau de ce que l'on apprend et du rythme : on a beau être une classe de 25 élèves, les profs se contentent généralement de lire leur cours ( les joies du cours magistral ) et nous de noter pendant 2 heures, ce n'est pas vraiment fascinant. Ils pourraient nous donner un polycopié, cela ne serait pas bien différent... il est loin, le temps où les professeurs fascinés eux-même par ce qu'ils nous enseignaient voulaient toujours aller plus loin et souvent c'était ainsi que l'on découvrait des anecdotes interessantes. Là, on suit le cours, on note, ça ne va pas plus loin, c'est réellement dommage. Au moins le temps libre que j'ai sur les bras me permet de continuer de bosser de mon côté sur des sujets qui m'avaient intéressé l'année dernière, j'ai pas envie de perdre le rythme et de ressembler à une larve qui attend que les jours se passent jusqu'aux partiels. Plus de débats passionnés autour de la table le midi, c'est l'heure des petits groupes et des gens qui se cotoient mais ne se parlent pas, des gens qui ne viennent pas au cours car "c'est chiant" et qui font par leur boulot car "personne vérifie". Un autre monde, une autre mentalité, bah, faudra faire avec.

J'ai pu converser avec quelques anciens camarades hypokhagneux qui se sont également retrouvés en fac, par choix, eux, et ils commencent à le regretter : ils s'ennuient, ne trouvent pas les cours aussi intéressants et avec du recul, se disent que le rythme de la prépa, même s'il est parfois éprouvant, nous apporte énormément plus de choses. Vous savez ce qu'il vous reste à faire : essayez l'Hypokhagne, et si vous en avez la possibilité, allez en Khâgne. Ce sera le mot de la fin ? C'est assez pessimiste, tout de même. J'ose éspérer que le meilleur de mes études n'est pas déjà derrière moi !
Pour l'heure, je vous remercie de votre attentive ( y'a intérêt !) lecture, et je vous souhaite bon courage, quelle que soit la voie que vous empruntiez.


Bonne continuation, et Adieu !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Pimprenelle 31/08/2011 14:07



Ah... cette fois, après tous ces moments que tu nous as fait partagé, c'est difficile de sourire face à de telles déclarations, c'est la raison principale pour laquelle je voulais aller en
prépa... à la fin, je n'en pouvais plus des lycéens, lorsqu'on faisait des exercices en mathématiques, j'étais contrainte de me mettre des boules quiès tellement ils faisaient du bruit
(concernant leurs vacances ou leurs triches, pas l'amour de la connaissance évidemment). Je rêve depuis tellement longtemps de rencontrer des gens qui me comprendraient, des gens qui aimeraient
ce qu'ils étudient et plus des imbéciles dont la seule question qui les taraude était: "c'est au bac?" comment ne pas avoir la subtilité de la démonstration et toute cette splendeur [bon
évidemment toi qu'est littéraire, tu n'y verras peut-être pas quelque chose de splendide mais tu n'as pas choisi de continuer en scientifiques comme ces ****** ils me rendent vulgaires en plus
-___-] j'espère que ça ira, heureusement tu arrives à relativiser alors que de mon côté, je tremble d'angoisse à l'idée d'aller à la fac, endroit tant rêvée de ces iconoclastes -____- mais bon
j'ai encore le temps : les portes de la prépa s'ouvrent devant moi, quelle joie!!!! je vais souffrir, je vais pleurer mais je vais trouver le bonheur aussi, le véritable bonheur !!!! =D



Anna 18/06/2009 23:19

Merci beaucoup pour ce blog. Je vais en hypokhâgne l'année prochaine. Et pas n'importe où, à Henri IV. Face à la liste de lecture pour l'été ("surtout ne lisez pas tout, butinez votre miel" ou une connerie comme ça, disent-ils pour faire genre ils sont mignons et gentils), j'ai commencé à angoisser. Et TES messages, si, si, ces messages, là, que tu as écrits, m'ont redonné espoir. Va falloir que je travaille, beaucoup, que je lise, que je m'en prenne plein les dents, mais à force d'obstination et de patience, je suis sûre que c'est possible. Et puis, tu REGRETTES ton année. Genre a posteriori tu l'as aimée. Rien que pour ça, je suis prête à la faire. Let's go, then. Et merci encore.   :)

Taff 05/07/2009 17:14


Ah flûte, si en plus mes réponsens fonctionnent une fois sur deux, ça va pas être possible. Donc, avant que ça bugge, je te remerciais, évidemment. Mais je te disais aussi de pas t'en faire ! Je te
disais même que c'est avec la larme à l'oeil que je me replonge parfois avec nostalgie dans cette très bonne année de ma vie ! Bon j'dis pas qu'à Henri IV tu vas te la couler aussi douce, mais ça
sera certainement une très bonne expérience ( et un bon argument sur ton CV ).
Bravo pour cette affectation, et profite bien de ton année !


Kami 04/12/2008 19:10

Bonjour, et bien moi j'espère rentrer en Hypokhagne l'année prochaine alors je vous laisse un message. Sinon, j'ai aimé votre article, il était ...il...votre style sans doute. Bref, je serais brève; Mère à la fâcheuse tendance névrotique d'éteindre l'ordinateur quand je passe plus de 5 minutes dessus, c'est un phénomène assez impressionnant, je vous assure.(Tiens, puisque j'en ai l'occasion, quelle est la part de l'anglais en Prépa littéraire ? Car cette langue et moi avons comme un problème de communication, si je puis dire).

Taff 13/12/2008 10:36


Pour ce qui est de l'anglais, tu n'es même pas obligé de le choisir en LV1.. il faut faire une langue, et le choix dépend des prépas. C'est 4H par Langue, et après tu peux choisir de la renforcer
en faisant 2H de plus.


Joël 14/06/2008 17:35

Bonjour ! Quand tu dis : "je vais faire un article là dessus prochainement", est-ce que c'est prochainement prochainement ou prochainement prochainement ?Parce que tu t'imagines bien que tous ceux qui passent le Bac dans deux jours aimeraient bien que ce soit avant septembre, sinon ils sont eus.Bon, à bientôt alors

Taff 14/06/2008 18:00


En effet, tu fais bien de me rappeler à l'ordre, je m'y mets de ce pas !


Aurélie 23/05/2008 02:55

Coucou :-)Je viens de me balader sur ton blog, et ça m'a fait tout bizarre... Je suis en train de terminer doucement la khâgne (je suis déjà nostalgique !) et c'est étrange de lire comment tu as vécu certaines événements, vu que j'ai ressenti la même chose ; l'angoisse des colles, la méthode qui passe pas, etc.Bref, j'espère que tout se passe bien à la fac, et que tu as pu voir tout ce temps libre comme une formidable occasion de se cultiver en dehors des livres, parce que c'est vrai que la prépa ne laisse pas beaucoup de temps pour aller au ciné, par exemple ! :-)Aurélie

Taff 14/06/2008 18:03


C'était l'bon vieux temps. En effet j'ai eu du temps libre, et hop, je vais ne parlant dans mon article. Zou, j'suis motivé.